Tous ceux qui ont déjà entamé une démarche zéro déchet vous le diront. Tout commence par un premier geste, une petite action, une prise de conscience, qui nous met en éveil et nous pousse à consommer différemment. 

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager mon éveil et vous faire un retour sur ces derniers mois de transition vers le “presque” zéro déchet.

Tout est parti d’un coton 

Pour moi, tout est parti d’un simple coton. Cet objet minuscule, utilisé de manière automatique dans la salle de bain le soir ou le matin. 

Couturière pendant mes heures perdues, j’ai découvert très rapidement des tutoriels pour apprendre à coudre mes propres cotons lavables. Des chutes de tissu, un peu de tissu éponge et me voilà partie pour coudre mes premiers cotons en tissu… et sans trop le savoir, entamer une démarche zéro déchet !

C’est seulement en commençant à utiliser ces petits carrés de tissu que j’ai compris. J’ai compris que réutiliser plutôt que jeter, c’était non seulement possible mais aussi… facile ! 

La simple action de remplacer le jetable par le réutilisable m’a permis de remettre en question l’ensemble de mon mode de consommation.

Acheter neuf – utiliser – jeter.

Et je dois bien le dire, je ne suis pas fière de la façon dont je consommais auparavant. Acheter neuf, utiliser, jeter. Telle était mon habitude avant de découvrir l’univers du zéro déchet. 

Aujourd’hui, je suis étonnée du chemin parcouru et de l’impact que ce petit coton aura eu sur ma vie. Car après la prise de conscience vient la remise en cause de ce mode de consommation.

Ai-je vraiment besoin de cet objet ? Si oui, n’y a-t-il pas un autre moyen que de l’acheter neuf ? Le louer, l’emprunter, l’acheter d’occasion ?

Existe-t-il des alternatives à mes produits du quotidien à durée de vie très limitée et emballés dans du plastique ?

Des nouveaux réflexes viennent appuyer ma transition. Et plus je me pose ces questions, plus elles deviennent naturelles et font parties intégrantes de ma vie. (Pour plus de détails, découvrez notre guide pour une consommation responsable)

Un exemple très concret arrivé cet été : je suis allée dans un magasin de jardinage afin de trouver quelques aromates à planter (miam). En passant devant les jolis transats, j’ai longuement hésité à en acheter un pour pouvoir chiller dans mon jardin… Mais assez naturellement, après l’avoir regardé de près, je l’ai reposé en me mettant en tête d’en trouver un d’occasion ! Honnêtement, il y a un an, je n’aurais pas hésité longtemps avant de l’acheter…

Au-delà de l’utilisation de produits moins producteurs de déchets, le zéro déchet est devenu une philosophie de vie.

Alors par où commencer ?

Vous êtes débutant zéro déchet et vous avez envie de plonger tête la première dans cet univers ? Bon déjà, sachez que si vous en avez l’envie, c’est déjà le plus important ! Mais ça, vous le savez déjà 🙂 

Pour débuter dans le zéro déchet facilement, je ne peux que vous conseiller le coton lavable (évidemment.) Il est un premier geste très simple à mettre en place pour débuter une salle de bain zéro déchet. Et pour les personnes dont la couture ressemble plus à un casse-tête chinois qu’à une partie de plaisir, retrouvez sur notre boutique zéro déchet Aminima des cotons lavables certifiés Oeko-tex. 

cotons-lavables-ptiboudebois-aminima

Grâce à cette action, vous contribuez déjà à l’économie de 900 cotons jetables par an* !

Pour faciliter l’utilisation des cotons réutilisables, nous vous conseillons de les organiser dans 2 paniers différents : le panier pour les cotons propres et celui pour ceux à laver ! 

Un dernier conseil : pour garder la blancheur de vos lingettes, rincez-les avec un peu de savon après chaque utilisation. Après 3-4 utilisations, passez les en machine à 30 degrés maximum.

Finalement, n’ayez pas peur de commencer. Et surtout ne culpabilisez pas de ne pas être parfaitement zéro déchet ! Chez Aminima, nous sommes persuadées que c’est en adoptant des petits gestes, petit à petit, que vous adopterez sereinement et durablement ce nouveau mode de consommation. 

Et franchement, si vous m’aviez dit qu’un jour, j’essaierai d’aider des personnes à se lancer dans cette démarche, j’aurai eu du mal à y croire.

C’est incroyable, mais pour moi, tout est parti d’un coton.

– Anne

Share with:

FacebookTwitter


Les articles qui pourraient vous intéresser